courtier en prêt

Un courtier en prêt peut être un salarié ou un travailleur indépendant. Bien que la possession d’un diplôme dans le domaine de la banque soit nécessaire,  le courtier en prêt tire surtout son expérience sur le terrain. Autrement dit, ce n’est pas un bureaucrate mais un homme de terrain, toujours en contact avec ses clients et les institutions financières. C’est un métier qui requiert beaucoup de diplomatie et de tact. S’il est un travailleur indépendant, ce n’est qu’une fois le prêt accordé et débloqué que le courtier en prêt reçoit sa rémunération, qui se calcule en pourcentage et que la banque lui verse. S’il est un salarié, le courtier en prêt commence avec un salaire un peu plus en dessus du SMIC, avec une partie variable liée aux chiffre d’affaires.

En quoi consiste le métier de courtier en prêt

Le courtier en prêt est avant tout un intermédiaire entre les institutions financières et les particuliers ou les sociétés qui veulent contracter un prêt. Il est également un négociateur. Après analyse des besoins, il se charge de trouver pour ses clients, les meilleures propositions d’offres de prêt, adaptées à leur profil. Par la suite, il va accompagner  et conseiller son client pour la création de son dossier de prêt ou de financement, dans le calcul du budget, des taux et des frais annexes, pour ensuite le représenter dans les différents processus et accomplir pour son compte toutes les démarches administratives obligatoires.

Les formations à suivre

L’accès au métier de courtier requiert une formation supérieure de niveau bac +2 à bac +5, dans le domaine de la Banque, des finances et d’assurance,  et obtenir soit :

–              un DEUST banque et organisme financier ou BTS banque,

–              soit une Licence pro,

–              soit un Master pro ou spécialisé dans le domaine de la banque ou de l’immobilier ou avoir suivi des études dans une école supérieure de commerce et de gestion.

Le métier de courtier en prêt est un métier réglementé et une formation habilitante de 80h ou 150 IOBSP (Intermédiaire en Opérations de Banque et en Service de Paiement) est aussi obligatoire pour pouvoir s’inscrire à l’ORIAS ou le Régistre Unique des Intermédiaires en Assurance et Finance.  D’autre part, le courtier en prêt doit s’assurer en responsabilité civile professionnelle.

Qu’est ce qui fait un bon courtier en prêt

En tant que médiateur et négociateur, un bon courtier en prêt est un diplomate né, qui sait installer une relation de confiance entre les divers intervenants. Il négocie auprès des institutions financières les taux, les délais et entreprend les démarches nécessaires jusqu’à l’aboutissement du projet. Une bonne connaissance du secteur lui permettra d’être réactif et d’être à l’écoute de son client, pour bien le conseiller. Ce qui demande aussi de sa part, d’être à la fois psychologue et pédagogue, car  il doit pouvoir analyser la situation de son client afin de lui proposer les solutions adéquates et surtout personnalisées. Le courtier en prêt doit être tenace tout en étant méthodique, avec une forte connaissance en juridique.